Fedora 11 mon histoire

22/06/2009

Je pense que ce billet peut faire peur à quiconque voulait passer de Fedora 10 à Fedora 11 mais sachez que mon histoire n’est pas du tout un cas “normal”. Par ailleurs vous le verrez, j’ai migré ma Fedora 10 à Fedora 11 au travail sans aucun souci… le cas que je vais présenter est apparut sur mon poste à la maison. Un PC jamais réinstallé depuis 3 ans (depuis ma fedora 8) et je n’avais pour ainsi dire jamais fait de nettoyage.

La douleur s’est fait sentir… Accrochez vous, voici les chroniques d’un homme qui se déconstruit pendant des heures jusqu’à la rédemption !

  • - //Vendredi 19 - 18:10//** - J’ai finit ce que j’avais à faire… Quelques manques me font réfléchir à mon passage à Fedora 11 sur le poste du travail. Effectivement, j’aurai tout à y gagner si je mettais ma machine à jour vers //Leonidas// (la version 11 de Fedora).

Par expérience, //preupgrade// (le logiciel de mise à jour) fonctionne plutôt bien. Et puis au pire, je resterai un peu pou finir la mise à jour. C’est parti: je lance preupgrade.

Tout se passe nickel ! Hop reboot, hop il met à jour les paquets… reboot… et tout est ok.

Un petit coup de //package-cleanup// pour vérifier si il y a des problèmes… rien, tout est parfait ! bonheur !

    • //Vendredi 19 - 20:00//** - Bon, j’ai pas mal hésité mais je me décide de faire pareil sur mon poste à la maison. J’ai des dizaines de projets dessus, et je commence à sentir le manque. Notamment pour tester mes paquets que je maintiens, et puis bon… l’appel du large tout ça… je lance preupgrade
    • //vendredi 19 - 20:22 //** - Il a finit de prendre les paquets. C’est bon je reboot… //anaconda// commence à traiter les paquets… heu… hein **? 59 paquets à mettre à jour !!!???** non c’est pas possible là, j’ai trop de trucs installés il se trompe…
    • //vendredi 19 - 20:45//** - Il reboot… ho mon dieu pas de nouveau kernel… ho mon dieu… il démarre pas Xorg (serveur graphique)… mais il se passe quoi là ? Bon je me logue… ok j’ai le réseau (sauvé) je vais voir mes copains de #fedora-fr sur irc.freenode.net avec //weechat//. J’explique un peu mon problème… apparemment j’ai un souci inconnu.
    • //vendredi 19 - 21:11//** - Je commence à me demander ce qui m’a pris… je lance la commande yum clean all puis yum update

Ha non là non !!! Il veut plus faire marcher yum là ! rpm -qa yum **QUOI !!!** yum version **fedora 10** mais il se fout de moi en plus !

  • - //vendredi 19 - 21:20//** - Bon ok j’ai compris il a complètement foiré… yum list installed | grep fc10 pour voir ce qu’il a laissé me ramène près de 2000 paquets estampillés “fedora 10”. Je visite donc la page web de fedora (en mode texte je vous le rapelle…) avec “links” et je télécharge le torrent du DVD d’installation. On va tenter de relancer la mise à jour.

Au passage je remarque que links sait parfaitement utiliser les torrent, c’est sympa ça…

  • - //vendredi 19 - 22:25//** - DVD récupéré, je vais le graver.

Ha ouais je sais plus faire sans interface graphique… bon on recommence avec links ==> google: “graver un dvd en ligne de commande linux”. Ce qu’il y a de super avec Linux c’est qu’on est à peu près sur de trouver des résultats de recherche pour tout. Et là j’ai trouvé mon bonheur.

Bref, après avoir vérifié la page de man growisofs, je me confirme que la gravure se fait de cette manière:\\ growisofs -dvd-compat -Z /dev/dvd=./Téléchargement/Fedora11.iso

La gravure commence, se termine… fermeture de session du DVD. C’est ok. Allez on reboot !

    • //Vendredi 19 - 23:10//** - il a commencé la mise à jour de la version installé… Marrant là il trouve maintenant 1500 paquets à mettre à jour. Mais il traine un peu sur SELinux je trouve…
    • //Vendredi 19 - 23:25//** - Oui il traine beaucoup sur SELinux
    • //Vendredi 19 - 23:40//** - Vous trouvez pas que c’est long là ?
    • //Vendredi 19 - 23:45//** - Ha il passe à la suite…
    • //Vendredi 19 - 23:59//** - A tous les coups il va planter au changement de date, il est 23:59 je le sens pas !
    • //Samedi 20 - 00:01//** - je suis mauvaise langue quand même :). Bon il fait une opération post installation, ça devrait pas durer plus de deux minutes…
    • //Samedi 20 - 00:15//** - Pfff c’est long…
    • //Samedi 20 - 00:22//** - Et bin… bon il reboote… Ok là c’est mieux, je vois le fond avec des jolis zoziaux et j’ai même X qui démarre. Je lance Gnome (oui pour m’assurer que tout se passe bien, je passe par Gnome pour voir mes applets se lancer). Mmmmm pas de mise à jours… bon je vais la lancer à la main: yum update

Ça y est, je sens que mes nerfs commencent à se tendre. Il trouve pas certains modules python pour lancer yum… c’est dingue ça…

Introspection de version des paquets installés… mais il se fout de moi !!! Encore yum pour fedora 10 !!! Bon là je vais commencer à tout péter à la main.

Hop, DVD de fedora dans la machine, monté en /media/Fedora11 et je vais lui montrer qui est le maître:\\ rpm -qa | grep yum\\ rpm -e (resultat de ce que j’ai trouvé)\\ rpm -Uvh --force /media/Fedora11/Packages/yum*.rpm

Y’a pas de raison, il a enfin une version correcte de yum. Bon là on regarde avec package-cleanup les “problems”, les “leaves” et les “orphans”… je vais craquer… 2200 paquets trouvés…

Et encore des version fedora 10… ha mais attendez j’avais pas vu… y’a aussi des paquets datant de fedora 9… ha oui aussi du fedora 8… Bon… je fais quoi ? Sauvegardes et réinstallation complètes ?

Pourquoi pas, je regarde le volume de sauvegarde à faire (photos, projets, etc…) 225 Go à sauvegarder.

Pas de disque libre pour ça… et en DVD ça fait… 53 DVD environ si je calcule bien…

On oubli… j’ai des truc dans le disque racine, d’autres dans le disque /home donc on va pas faire comme ça. Faut que je trouve une solution…

  • - //Samedi 20 - 01:08//** - J’ai regardé un peu ce qui foirait. Il faudrait que je force la désinstallation des “vieux paquets” sans perdre les dépendances, et que je remette les paquets à jour selon leur noms.

Faut utiliser la ligne de commande là, ce sera possible. Alors on réfléchit. rpm -qa me donne la liste des paquets avec les version accrochées au nom, c’est pas mal pour la désinstallation.

yum list installed quant à lui me donne les noms des paquets “purs”, sans la version. Ou du moins, la version est dans une autre colonne, je peux facilement me séparer de cette colonne.

On va donc ruser:\\ rpm -qa | awk ‘{/fc8|fc9|fc10/ print \$1}’ > /tmp/to_remove\\ yum list installed | awk ‘{/fc8|fc9|fc10/ print \$1}’ > /tmp/to_reinstall

Ce qui me donne donc une liste de paquets à virer puis à remettre selon les noms. Y’aura des pertes (des paquets obsolètes ou inexistants) et je pense que je vais tout bonnement cramer mon installation… dans le pire des cas je vais acheter un disque dur lundi, je monterai mon vieux disque en Live CD et je sauverai tout avant un réinstallation complète. Mais là je suis en plein défis avec moi même… le tout pour le tout: \\ “ rpm -e --nodeps --force \$(cat /tmp/to_remove | awk ‘{printf “%s “,\$1}‘) “

    • //Samedi 20 - 01:47//** - Commande achevée… faut que je lance la commande yum pour installer les paquets virés en priant que mon poste ne plante pas… parce que là avec tout ce que ça a viré je risque de ne pas pouvoir redémarrer.
    • //Samedi 20 - 01:19//** - Ça y est je craque. libelf perdu, rpm et yum refusent de fonctionner. Je commence à sentir un tremblement dans ma tempe gauche et je demande à Elvis Presley d’arrêter de faire le con avec le bilboquet en mousse parce que ça me déconcentre. Je bois mon verre d’eau de Javel mentholé et je cherche un moyen de sauver mon âme.
    • //Samedi 20 - 01:32//** - Mon esprit remonte à la surface quand je me rend compte que j’ai laissé weechat ouvert dans un terminal. Si ça se trouve une âme charitable est présente et va me fournir la librairie. Et c’est le cas, merci “desillusionniste”, il me fournit la librairie libelf pour 64 bits sur son site. Un coup de wget et yum peut repartir.
    • //Samedi 20 - 01:35//** - Allez je lance l’installation:\\

yum install -y \$(cat /tmp/to_reinstall | awk ‘{printf “%s “,\$1}’ )

Et il m’en trouve un pagaille de dépendances ! Mais il repart et c’est cool.

    • //Samedi 20 - 02:31//** - 3ième paquets de cloppe passé, l’installation se termine, je lance yum update pour voir… effectivement il m’en trouve encore 500… Bon ba c’est parti…
    • //Samedi 20 - 02:48//** - Serais-je sauvé ? Tout est installé, je vais tester un truc, pas trop violent, redémarrer Xorg…

Il repart, et en plus avec ma nvidia correctement configurée. Oserais-je le reboot ? J’ai vérifié les paquets paumés, j’ai plus que 20 paquets obsolètes mais qui me sont utiles… et pas dangereux…

Allez, qui ne tente rien…

  • - //Samedi 20 - 02:52//** - Il a rebooté sans aucun souci ! Ce fut ténébreux, mais le dénouement est heureux.

Voilà, je me suis félicité de connaître assez bien la ligne de commande pour m’en être pas trop mal tiré. Effectivement c’était ma faute, j’avais tellement de paquet rémanents que mon système ne trouvait plus les mises à jour. Pas de nettoyage depuis 3 ans, j’ai lancé mon update trop vite.

La prochaine fois, je ferai gaffe.

Avis à ceux qui vont tenter la mise à jour Fedora 10 ==> 11, n’oubliez pas de vérifier si vous n’avez pas des paquets en trop ! Nettoyer l’installation, quitte à en enlever pas mal et les réinstaller après coup. Mon cas est un peu isolé, j’avais vraiment trop de paquets “foireux”. Mais sait-on jamais, le risque est minime mais il existe !

Ça peut vous intéresser aussi


Poste de développement PHP sous Fedora

Linux est un système parfait pour développer. Simple d’installation,...


Orange TV sur Linux Fedora 14

Me voilà déménagé à Ecully, et pour le coup je ...


RPM Fedora screen git

Cela faisait un moment que je l’attendais, le “...


Optimisons un peu notre Linux en limitant les accès disques

Que vous ayez un SSD ou non, je pense que ...

Merci de m'aider à financer mes services

Si vous avez apprécié cet article, je vous serai reconnaissant de m'aider à me payer une petite bière :)

Si vous voulez en savoir plus sur l'utilisation de flattr sur mon blog, lisez cette page: Ayez pitié de moi

Commentaires

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

(*) Votre e-mail ne sera ni revendu, ni rendu public, ni utilisé pour vous proposer des mails commerciaux. Il n'est utilisé que pour vous contacter en cas de souci avec le contenu du commentaire, ou pour vous prévenir d'un nouveau commentaire si vous avez coché la case prévue à cet effet.