Mais quel navigateur je vais prendre

Dans un mouvement jusqu’alors jamais vu depuis des années, le net se voit tourmenté par les créateurs et utilisateurs de sites. En effet, alors qu’il y a quelques années à peine seuls deux navigateurs se battaient pour avoir sa place sur le trône (Mozilla et Internet Explorer), l’arrivée de Safari, puis du moteur Webkit fait trembler le web depuis quelques mois. Dans la foulée, les utilisateurs de Linux, encore majoritairement utilisateurs de Firefox, se voit les plus touchés par la masse de nouveaux navigateurs qui arrivent sur le marché.

Google nous sort Chrome, Apple nous délivre Safari, Mozilla nous donne Firefox, mais voilà que Midori, Kazehakaze, Epyphany et bien d’autres encore nous tombent dessus. Alors avant de continuer dans cette voie et de se dire “et ba on est pas sorti de l’auberge avec tous ces navigateurs Web…” il faut comprendre certains aspects, notemment en qualité de “moteur de rendu” et “interface”.

Il existe principalement 3 moteurs de rendu internet: -Trident -Gecko -Webkit

//Trident// est utilisé par Internet Explorer. //Gecko// est principalement utilisé par les navigateur Firefox, Seamonkey… et //Webkit// est utilisé par Safari, Google Chrome… Un moteur de rendu c’est la partie qui permet d’afficher le site. En gros, regardez votre navigateur, quel qu’il soit, et repérez la zone qui affiche le site. Cette zone est la sortie du **moteur de rendu**.

Le moteur de rendu peut aussi s’avérer specifique. Par exemple Gecko permet non seulement d’afficher du HTML, du XHTML mais aussi du XUL (et en fait, Fifefox lui même est un logiciel développé en XUL/Javascript dans une vue Gecko, mais ne retenez pas cela pour ne pas vous embrouiller les idées)

Par contre, la partie qui a des menus, la barre d’adresse, la barre de titre… tout cela est **l’interface utilisateur**

Ce qui veut dire qu’en fait un navigateur est **une association entre une interface graphique pour l’utilisation, et une interface de sortie de moteur de rendu**, appelée aussi zone de rendu.

Donc, clairement, Chrome et Safari ont le même moteur de rendu à quelques choses près. Ce “quelques chose près” se défini par des options et une gestion de certaines fonctionnalités qui peut différer (gestion de Javascript, Ajax, accès au données personnelles…) Mais le résultat reste une affichage préparé par le moteur de rendu.

Sous linux, outre Firefox ou Epyphany qui utilisent Gecko, nous avons d’autres navigateurs qui utilisent Webkit à l’instar de Chrome et Safari. Midori et Kazehakaze sont deux de ces exemples.

Là où cela devient intéressant, c’est que **Kazehakaze et Epyphany peuvent “switcher” d’un moteur de rendu à l’autre**. En d’autres termes, **vous pouvez jongler entre le moteur Gecko et Webkit simplement via un menu**.

Firefox sur Windows peut aussi utiliser le moteur de rendu Trident (internet explorer) via l’extension IETab.

Vous comprenez alors que ce qui est important pour lire un site n’est pas le navigateur mais son moteur de rendu.

Alors dans cet univers diversifié de navigateurs web, que choisir ? Cela dépend justement des deux parties. D’une part, l’inteface qui peut vous permettre d’utiliser des “addons” , “plugins” ou greffons en français. Firefox a une mine de plugins, Midori commence à en avoir quelque uns.

Il faut aussi prendre en compte le moteur de rendu, car en effet certains site (comme mon blog) ne peuvent pas fonctionner correctement sur certains navigateurs.

Je pense honnêtement qu’il est préférable pour un utilisateur standard d’utiliser Firefox pour sa vaste panoplie de possibilité via les addons et sa simplicité. Les webmasters devraient se pencher sur Kazehakaze pour pouvoir tester un site selon 2 moteurs très répandus.

Chrome est un choix intéressant pour ceux qui utilisent énormément les outils google comme gmail ou google docs. Chrome est rapide et léger.

Notez enfin que, //integrsite que je suis pour Linux et le libre,// je conseille à l’ensemble des internautes de **ne plus utiliser Internet Explorer** pour des raisons de respects de standards, de sécurité et surtout pour profiter du web et de toutes ses possibilités.

Ce billet a été rédigé après que l’on m’ait posé pas mal de questions à propos des possibilités de rendu de page Web sous Linux pour des développeurs internet.

J’ai pour ma part adopté Kazehakaze qui me permet de tester rapidement Gecko (compatible Firefox) et Webkit (compatible Chrome, Safari…). J’ai adopté Midori sur mon netbook pour des raisons de légerté.

Et pour la phrase du geek amoureux de Linux: //je n’ai plus utilisé Internet Explorer depuis sa sortie en version 7 et je m’en porte très bien.//

Fallait bien que je la sorte…

comments powered by Disqus