Google vs la presse qui veut taxer

Publié le 24/10/2012

La menace de voir Google bannir les médias français se fait sentir, même si ce ne sont que des paroles visant à appeurer le monde internet. Que Google le fasse ou non, le problème est bien levé. Les éditeurs de presses demandent à ce que la “Lex Google” (loi Google en allemand) soit appliquée aussi en France. Grosso-modo, on demande à Google de reverser des “taxes” aux éditeurs de presse français car il gagne de l’argent sur la pub en affichant du contenu des sites de presse. Dans le fond, c’est pas idiot, dans la forme il y a un souci…

Soyons pragmatique, à quoi sert Google (en tant que moteur de recherche) ? Il référence les sites qui lui permettent de le faire sur sa base de données, permettant aux internautes qui utilisent ce moteur de recherche à trouver des sites en relation avec leur recherche. Comme l’une des grandes sources d’information se base sur la presse, il est évident qu’une recherche sur un évènement d’actualité vous retourne un résultat qui se situe sur un site de presse (le monde, le point, figaro…)

Bref, en soit, Google est un service de référencement. Dans la forme, Google génère son contenu à partir du contenu des sites qu’il référence. Mais il reste un service qui permet aux sites référencés de voir leur trafic augmenter. Car si Google ne retourne pas de résultat pointant sur votre site, vous pouvez être sûr que vous n’allez pas avoir un trafic phénoménal.

Google fait apparaitre de la publicité sur sa page de résultat. Car oui, Google est une entreprise… et par ailleurs, les sites de presse eux même ont en général des espaces de publicité qui leur rapport un peu de sous.

L’hopital se fout de la charité, et voilà que “comme la bête est grasse” on va pas se gêner. En plus de fournir des visites aux site de presse, Google devrait reverser un pourcentage de ses révenus publicitaires aux dits sites de presse.

Bha voyons…

Donc, réaction de Google, faire une menace impossible à tenir: on va donc bannir les sites de presse du moteur de recherche. Google ne peut évidamment pas se le permettre, car effectivement les sites de presses fournissent un contenu à Google. Mais en contre parti, la visibilité du site de presse est largement accrus.

Alors deux questions me tarodent. D’abord: est-ce que **tous les moteurs de recherches** vont être visés ? et secondo, si les éditeurs de sites de presse sont pas content que Google gagne de l’argent en référençant leur site, je leur rappelle qu’il peuvent se faire déréférencer hein, un vieux fichier “robots.txt” avec un Disallow *” et on en parle plus. Alors la seconde question: si les éditeurs se croient si indispensables à Google et qu’ils sont pas content que Google gange des pépètes, pourquoi laissent-ils leur site se faire référencer ?

Oui… je connais les réponses à ces questions, mais j’ai l’impression que les acteurs de ce mouvement n’ont pas conscience qu’on est pas dupes…

Alors messieurs les éditeurs de presse qui demande encore de la tune, vous pouvez nous donner honnêtement une réponse claire ?

comments powered by Disqus